A partir du 5 nov, le « Kao Jazz Festival » dans les Musées, les Jardins, les Gares…

Du Lundi 5 novembre 2018
au Dimanche 11 novembre 2018
Par téléphone : 04 67 58 27 48
A partir de 6 €.

Une seule ambition : du jazz partout et pour tous. Ses valeurs ? Défendre, promouvoir et faire connaître les musiques jazz et improvisées auprès de tous les publics, à travers des concerts, des masterclass, des temps pédagogiques… et toute autre activité permettant une sensibilisation à cette esthétique musicale.

Le Koa Jazz Festival a bâti sa réputation sur une programmation variée, mais toujours ambitieuse, accueillant à la fois des artistes émergents et reconnus, régionaux, nationaux et internationaux – Magic Malik, Aka Moon, Ambrose Akinmusire, Andy Emler, Thomas de Pourquery, Jim Black, Susheela Raman… pour n’en citer que quelques uns.

Des tarifs avantageux et une implantation dans des lieux non conventionnels, musées, jardins, gares, font de ce festival un événement accessible à tous les publics.

Cette année, la programmation est ouverte sur le monde et met en avant les collaborations entre musiciens français et d’ailleurs. Vous aurez la chance de découvrir le quartet du saxophoniste parisien Gaël Horellou avec le légendaire batteur new-yorkais Ari Hoenig, le projet franco-malgache Gasy Jazz Project ou encore le power band Gratitude Trio, fruit d’une amitié musicale profonde entre deux amis belges et un français.Le jazz outre-Atlantique est lui aussi représenté avec le quintet du pianiste George Burton, qui rassemble à ses côtés une jeune génération de musiciens new-yorkais marqués par la veine coltranienne. Un hommage à Bill Frisell est rendu par le guitariste Hervé Duret et la projection du documentaire « A Portrait » au cinéma Utopia.

Les grandes formations ont également leur place dans cette 11ème édition. Au programme, le Grand Impérial Orchestra, qui rassemble les forces vives du jazz français actuel, ainsi que l’orchestre éphémère Charivari, composé de musiciens de la région rassemblés grâce au réseau Occijazz.

Enfin, un point d’honneur est mis à soutenir la visibilité des artistes locaux : l’incontournable batteur Patrice Héral en solo, la jeune formation Kunzit, l’Octet la Nocturne et la Grande Formation Jazz du Conservatoire – pour que le public du festival découvre aussi bien les artistes d’ici que d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *