RASSEMBLEMENT POUR SONNER L’ALARME CLIMATIQUE

JOURNEE MONDIALE POUR LE CLIMAT le 8 DECEMBRE

L’accord de Paris est de plus en plus malmené (Etats Unis, Brésil, Australie…) Les scénarios de sortie du nucléaire proposés en France sont en contradiction avec les promesses gouvernementales des dix dernières années.

Malgré les annonces de bouleversements extrêmes annoncés par le 5° rapport du GIEC à 1°5 et à 2°, l’Europe vient de s’engager avant la COP 24 sur une réduction qui conduit à +2°5 : INACCEPTABLE. La PPE (programmation plurianuelle de l’energie) devait conduire pour les années à venir les ambitions de la transition énergétique, elle est insatisfaisante. A quelques jours de la sortie de programmation pluriannuelle de l’energie (PPE) peut être à revoir et préciser

Tous les voyants sont au rouge

Pour certains, le péril du Changement climatique est encore abstrait ou imaginaire. Pourtant la bombe à retardement est allumée avec les périls qui l’accompagnent. Ses effets touchent notre santé, notre alimentation en eau, les migrations, la survie de nombreux territoires et de nombreuses espèces.

Malgré la menace de plus en plus réelle, les mesures sont repoussées et il deviendra de plus en plus difficile de réduire nos émissions de gaz à effet de serre

Nous pensons qu’il est encore temps

La COP 24 qui s’ouvre à Katowice en Pologne (2 au 15 décembre) doit ré analyser les promesses et les engagements des états, (les fameuses NDC) à des taux de réduction à 10, 20 ou 30 ans.

ELLE NE SERA PAS A LA HAUTEUR, NOUS DEVONS NOUS FAIRE ENTENDRE Il faut faire beaucoup plus, et le travail d’éducation en ce sens n’a pas été conduit. Les événements prouvent que nous avons du mal à agir sur la modification de notre mode de vie, or plus nous attendons, plus les mesures devront être drastiques

Comment reprendre en main notre destin ?

APRES LE 8 ET LE 13, IL FAUT UNE MOBILISATION SANS PRECEDENT

Il serait illusoire de croire que tout peut redevenir comme avant. Rappelons l’urgence d’agir Certaines solutions sont lentes, d’autres violentes. Les changements doivent donc être accompagnés, et encore expliqués. Ils doivent se faire dans le respect de ce qui depuis des années est nommée « justice climatique » : Ce sont les peuples les plus pauvres et le plus pauvres d’entre nous qui prennent de plein fouet les mesures pourtant nécessaires.

On évoque parfois le fait que la défense du bien commun pourrait aller à l’encontre du bien être individuel. Non, si au lieu de la répression nous choisissons l’incitation (dans tous les domaines : logements, alimentation, chauffage, production et distribution de l’énergie, innovation technologique comme le stockage….), si nous ouvrons le dialogue, si nous associons les transitions au futur, à la vie des territoires…

Partout dans le monde des solutions ont vu le jour portées par ceux là même qui veulent vivre dans un monde qu’ils réinventent : plus équitable, plus juste, plus serein.

Faisons résonner l’alarme sur l’ensemble du globe pour que nulle part ne puisse subsister le moindre doute sur la responsabilité de nos décideurs et l’urgence d’agir. Faisons en sorte que l’ampleur de cette alarme provoque un réveil sans précédent de nos sociétés et enclenche un mouvement irrésistible pour protéger nos droits et ceux de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *