Ce qui se passe en Pologne nous concerne

Alors que le 1° ministre annule son voyage en Pologne, que l’Europe recule sur ses engagements, qu’ils ne seront que 90% chefs d’état à se déplacer, le travail bat son plein à la cOP 24. Il faut absolument augmenter l’effort, il reste douze ans pour changer de société: c’est peu  quand on voit les réactions à la moindre mesure pro climat. Certes il va falloir prendre en compte les plus pauvres le plus rapidement possible, réagir aux injustices, combler le gouffre entre les plus riches et les plus pauvres, mais pour conduire la transition écologique , défendre les services publiques (transports, éducation, santé, énergie…) il faudra bien accepter que rien ne soit plus comme avant et que les fossiles soient d plus en plus taxés pour quitter la scène d el’avenir.

Alors que la COP24 s’est ouverte hier à Katowice, une bonne nouvelle nous arrive d’Inde : comme le soulignait aujourd’hui le journal Economic Times, le pays est en avance d’environ 10 ans sur deux de ses trois objectifs fixés dans le cadre de l’accord de Paris (dans sa contribution nationale, NDC en anglais), selon une analyse publiée aujourd’hui par le think tank Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA):

-Réduire l’intensité carbone du PIB de 33-35% en 2030 par rapport à 2005 : celle-ci était déjà réduite de 21% en 2014, soit un taux de réduction de 2% par an, qui devrait, s’il est maintenu, permettre à l’Inde d’atteindre son objectif avec près de 10 ans d’avance selon l’IEEFA.
– Porter les renouvelables à 40% de la capacité installée de production d’électricité : le National Electricity Plan (NEP) 2018 prévoit de réduire la part des énergies fossiles dans les capacités installées de 67% en 2017 (soit 218 GW) à 43% en 2027 (soit 264 GW), et selon l’IEEFA, les capacités de production thermique ne devraient pas dépasser 226 GW à fin mars 2019, soit 63% des capacités totales. Les sources non fossiles représenteront alors près de 40 %, et devraient ainsi être réduites à 40% au cours de l’année 2019.

Un signal encourageant, alors que les pays doivent conclure à la COP24 le « dialogue Talanoa » censé préparer le relèvement des objectifs de réduction des émissions d’ici 2020.

En revanche, l’Inde semble être en retard sur son 3eme objectif : créer 2,5 à 3 milliards de tonnes de puits de carbone supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *