CONTRIBUTION Grand Débat: TE

D’une manière générale nous remarquons deux choses :

certaines questions sont ineptes et nous les évacuerons ,

les autres sont très difficiles mais nous tenterons d’y répondre.

– Exemple de question inepte : la 1° : « choisir LA question environnementale la plus importante entre érosion de la biodiversité, accidents climatiques, montée des eaux, érosion du littoral. Un seul choix possible » : Impossible . Ces questions sont absolument indissociables .

D’autres questions nécessitent un ancrage, une meilleure information du grand public, une vulgarisation. Il faudra y associer l’école et les medias du service public.

Mais nous rejetons l’idée que tente de faire passer ce questionnaire, selon laquelle la responsabilisation politique n’est pas encore là, ou que seuls les grands corps sont à même de répondre. Nous estimons que ce débat est de notre responsabilité, à nous citoyens, que nous avons la capacité de nous l’approprier car il concerne notre vie et l’avenir de nos enfants.

 

CONTRIBUTION AU GRAND DEBAT

 

I- Comment finance t on la Transition énergétique (TE)?

La question telle qu’elle est posée (taxe ou impôt) est réductrice dès le départ : elle ramène au financement par la taxe ou l’impôt de la TE , ou de la politique publique, (ancien schémas) et à une question primordiale : Comment trouver une cohérence budgétaire si le fléchage de l’impôt reste impossible ? IL convient de considérer la TE comme un projet économique fondateur d’une nouvelle société.

 

Des décisions positives ont déjà été prises. Il faudra suivre leur mise en œuvre :

  • les dépenses consacrées à la TE seront en augmentation ou égales au produit de la taxation carbone
  • l’exigence de transparence des dépenses consacrées à la TE est désormais actée:
  • Suivre également , le financement du bio, l’accès aux produits éco-responsables…

Nos propositions : La TE ne suppose pas forcément plus d’impôts mais

d’autres répartitions, elle n’est pas opposée au maintien du pouvoir d’achat.

–       La taxation carbone doit être affectée à 100% à la TE. Elle doit s’appliquer à tous et pas seulement à la société ou aux organismes sociaux, aller vers une plus juste répartition. Elle doit toucher les grands groupes, et intégrer les carburants encore dispensés : marine et aviation. Même si ces dernières décisions dépendent du niveau international, la France doit s’engager en priorité à mettre fin aux éxonérations. Une proposition qui rejoint la proposition 42 (Hulot/Berger)

–      L’ensemble du budget doit être en cohérence avec les exigences et engagements de la France au niveau national et international. Les stratégies climat/entreprises devraient être en accord avec l’accord de Paris et il n’est pas inutile de rappeler en permanence l’articulation impérative entre le local et le national

–       La question de la biodiversité est encore trop à part du débat sur la TE (cf Gilles Bœuf : on ne construira pas de résilience si tout est détruit) L’internalisation de la biodiversité reste à faire et « les destructeurs sont les grands corps d’état »

–   Au niveau européen, il faut sortir les investissements pour la TE du calcul du déficit public. Un nouveau modèle de société est à inventer et non à bricoler (la TE n’est pas seulement à prendre en compte dans le cadre du budget de l’état), avec en priorité une approche d’un modèle économique global des projets régionaux

–     Agir en priorité sur les postes les plus émetteurs : transports, logements, alimentation

 

II- Concernant les décisions de projets de territoire :

  • Organiser la solidarité nationale en soutien des territoires
  • Organiser une véritable décentralisation et clarifier les responsabilités dans l’aménagement du territoire

–       Pouvoir intervenir au moment de leur construction, accroitre le pouvoir d’expression de tous les citoyens , soutenir le vie associative, les lanceurs d’alerte

–       Prendre en compte l’avis des enfants de mieux en mieux informés et qui auront à vivre avec

–       Construire  les projets selon une vraie comptabilité réintégrant les éléments environnement  et la gestion des territoires :: intégrer et chiffrer le coût de l’impact écologique ( en passer par une loi ?)

III- Les questions 3 et 4, telles qu’elles sont posées conduisent à l’immobilisme et introduisent exactement les mêmes impasses que celles importées par les lobby dans le secteur santé.

Cette formulation bloque par exemple toute modification de la politique agricole par l’exigence de preuves et de relations de causes à effets. Or c’est impossible puisque les seules données sont statistiques et il est interdit de faire des expérimentations sur la population humaine. La preuve est donc impossible et en l’absence de preuve l’action est bloquée. Cette vision est une remise en question du principe de précaution (nous n’adhérons évidemment pas à l’usage qui est fait d’une mauvaise approche du principe de précaution qui conduirait à interdire toute innovation) Ce quoi conduit à la question 4 : « vous avez des preuves, mais s’il n’y a pas de décision en ce sens au niveau européen, ou international vous tuez les entreprises françaises » Réponse : Il faut que quelqu’un commence

Conclusion : le questionnement tel qu’il est rédigé dénote un manque de vision

–       – Le nécessaire changement de civilisation. La gestion du décalage d’appréhension. Le déni du basculement. Une information permanente devrait être faite sur la disparition de certains métiers et l’émergence des nouveaux métiers. Comment gérer les lobbies ?

–       L’urgence écologique : il faut rapidement casser l’uniformisation, faire sauter des verrous. Poser la question de ce qui doit être refondé

–       Travailler « la conscience écologique » l’être humain abîme son milieu

Nous devons revenir sur :

  • La bombe santé est oubliée
  • L’impact du numérique et la gestion en amont de ses nuisances (terres rares, énergie)

–       La réflexion santé, pesticides, biodiversité, agriculture industrielle…

Contacts : 06 20 79 35 50

enmetamorphose@gmail.com

jeanlouisroumegas@gmail.com

https://www.facebook.com/mediterraneedurable/

http://www.enmetamorphose.com/wp-admin/post-new.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *