Le génie végétal : une solution à suivre

Dominique Martin Ferrari:

Alors que se précisent les effets du réchauffement climatique, des évènements extrêmes et de la montée des eaux, le génie végétal apparait aujourd’hui comme une alternative intéressante à certains usages du génie civil (digues, enrochements, barrages…) autant de pratiques humaines qui n’ont fait que déplacer les caprices de la nature sans pour autant les contraindre. Une réflexion et des actions intéressantes voient aujourd’hui le jour, en montagne sur l’héxagone, dans le lit des rivières , en reboisement de mangroves…..

Lire : http://www.france-digues.fr/actualites/parole-dacteur-le-genie-vegetal-dans-laction/

https://www.pole-tropical.org/2019/10/forets-de-cours-deau-quel-equilibre-trouver-entre-entretien-et-preservation-de-la-biodiversite/

et :

Un projet innovant de développement du génie végétal dans les rivières de Guadeloupe (la lettre : RiZHOM: RiZHOM »  la newsletter élaborée par l’équipe du « Pôle Relais Zones Humides Tropicales », qui vous permet d’être au courant des dernières actualités sur les milieux humides, aussi bien au niveau de l’Outre-mer français qu’ au niveau mondial. Le projet « PROTÉGER » de développement et de promotion des techniques de génie végétal dans les rivières de Guadeloupe a été lancé en 2016, par le Parc national de la Guadeloupe, et prend son envol en 2019 avec la mise en œuvre de la deuxième phase du projet, en partenariat avec l’INRA, l’Université des Antilles et l’IRSTEA.

Le génie végétal regroupe des techniques utilisant des végétaux et leurs propriétés mécaniques dans les ouvrages de construction et représente donc une alternative efficace et plus respectueuse des écosystèmes que les techniques de génie civil pur.

Après avoir réalisé une typologie des ripisylves au cours de la phase 1 du projet, cette seconde phase, principalement financée par l’Union Européenne via son fond FEDER, et par l’Agence Française pour la Biodiversité, vise à définir et caractériser les espèces indigènes et les techniques d’ingénierie écologique utilisables sur les berges des cours d’eau de Guadeloupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *