La biodiversité colombienne

La Colombie doit faire face à un effondrement de l’agriculture locale, en lien avec les accords commerciaux qui influent sur les agricultures locales et nationales. En dix ans, le pays est passé de l’autosuffisance alimentaire à l’importation nette d’aliments. De nombreux travaux ont été effectués sur la ré-appropriation et la gestion des semences locales, ainsi que sur la problématique de la privatisation du vivant, des mécanismes de protection et de contrôle des ressources locales. La souveraineté alimentaire et la recherche de stratégies et d’alternatives en lien avec la biodiversité sont au cœur du débat. Les communautés qui ont travaillé sur ces thèmes ont mis en avant les raisons politiques pour lesquelles il est important de défendre la biodiversité. Ainsi, une multitude d’initiatives locales basées sur l’agroécologie émergent au travers du pays, visant à améliorer la gestion de la biodiversité. (source : Le sauvetage de la biodiversité en Colombie : un entretien avec German Vélez)

Brigitte Baptiste, c’est la Madame Biodiversité de la Colombie. Éminente biologiste à la tête de l’Institut de recherche sur les ressources biologiques Alexander von Humboldt, un des plus importants instituts de recherche scientifique de son pays. Brigitte Baptiste est aussi une femme politique, sollicitée par l’État colombien et des entreprises privées sur des sujets aussi divers que l’impact de l’exploitation de l’huile de palme ou l’état des réserves d’eau du pays. (source : Causette)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *